fenetre

.

ZONE DE NON DROIT

Rumeur ou pas ,

Le motif est là devant toi.

Obscène, grossier, vulgaire…

Impossible !

C’est le seul mot qui te vient à l’esprit.

Panique !

Ton cerveau ne comprend pas tout,

Voir le dossier…

Sarcasmes pour seule réponse !

Ils te diront tes droits.

Ne fais pas répéter.

Comprend seulement « Aucun ».

Ils te diront qu’ils travaillent à charge et à décharge.

Oublie le dé.

Tu crieras ton innocence…

Inutile !

« L’enfant ne ment jamais. »

Tu jongleras avec tes souvenirs.

Hésitation. Incertitude. Silence…

Tout est culpabilité !

Torture…

Non ! Viol moral !

Visite d’avocat…Droit de la défense…Foutaise.

Tu n’es qu’un « client »,

Demain, ils feront de toi un  « présumé coupable »!

Et pourtant ?

Te rappeler que tu dois…

.

Contrôler ta panique,

Te convaincre que tu n’es pas le premier innocent pris dans cette galère,

Te débarrasser de la honte,

Etre conscient que ta force, c’est ton innocence,

Comprendre qu’ils utilisent la torture psychologique,

Qu’ils mentent en permanence pour mieux te manipuler,

Te faire à l’idée que tu vas affronter une longue épreuve,

Donner des réponses courtes,

Essayer de trouver un peu de repos même dans ces lieux repoussants,

Demander et prendre le temps de relire les procès verbaux,

Contester ce qui ne te convient pas,

Refuser de signer s’ils te font le coup des gens pressés,

.

En un mot, tu viens d’entrer en résistance…

Seul, pendant 48 heures, déjà prisonnier sans droit !

.

Demain, ton premier cercle de soutien sera à tes côtés. Espoir !

Lire :  Journal d’un instituteur en garde à vue