29/05/15

565 - Procès Outreau : Témoignage du commissaire François-Xavier Masson

 

Policeécusson

Un nouveau témoignage à l'adresse des organisations extrémistes

qui ont imposé trois semaines de procès à un innocent !

Jeudi 28 mai, le commissaire François-Xavier Masson, responsable de la police judiciaire de Lille au moment de l'affaire d'Outreau, a confirmé les propos de son adjoint qui avait témoigné la semaine dernière à l'égard de Daniel Legrand fils. «Il y avait un décalage entre l'image qui nous était donnée de propriétaire de sex-shop, d'une maison en Belgique, violant et abusant des enfants, dirigeant presque un réseau», lâche le commissaire à la barre de la cour d'assises pour mineurs d'Ille-et-Vilaine.

«En garde à vue, c'est une image complètement différente que nous avons, quelqu'un qui est extrêmement simple, à mille lieues d'un dangereux pédophile international», poursuit le commissaire Masson.

La mère, Myriam Badaoui, qui a disculpé l'accusé lors de son audition, avait décrit au juge d'instruction Fabrice Burgaud, ce «Legrand» comme un «patron de sex-shop», «chef de réseau» et propriétaire d'une maison où se déroulaient des viols pédophiles en Belgique. «Il s'agissait de faire le tri dans ce que disaient les enfants, dans ce que corroboraient les adultes, déceler le vrai du faux en l'absence d'éléments matériels, puisque c'est la grande difficulté dans les affaires de pédophilie», a expliqué le commissaire. 

 «Notre grand drame à nous (son service d'alors à la PJ de Lille) c'est que nous n'avons jamais eu en face de nous Myriam Badaoui et les principaux accusateurs (entendus directement par le juge d'instruction)», a-t-il encore déclaré.

 

Posté par B2IA à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


564 - Myriam Badaoui, Aurélie Grenon et David Delplanque disculpent totalement Daniel Legrand

badaoui

Dès le début de son audition, Myriam Badaoui a disculpé Daniel Legrand :

 

" Ce jeune-là, je le connais ni d'Eve ni d'Adam, on l'a retiré de son enfance à cause de mes mensonges... Pas que les miens, mais surtout les miens", a déclaré Myriam Badaoui en pleurant, dès le début de son témoignage devant la cour d'assises pour mineurs d'Ille-et-Vilaine. "Ce jeune homme n'a rien demandé à personne, je lui ai brisé sa vie". 

 Elle a également lourdement chargé, le juge Fabrice Burgaud  pour expliquer ses mensonges nombreux et circonstanciés.. 

"Dans le bureau de M. Burgaud, pour la première fois j'avais un homme devant moi qui m'écoutait et (pour) qui j'avais beaucoup d'importance...", a-t-elle expliqué à la barre, pressée de questions par le président Philippe Dary au sujet de ses dépositions détaillées sur lesquelles reposait en grande partie cette affaire de "réseau pédophile présumé". 

- "J'ai beaucoup menti" - "Après, quand je rentrais en cellule, je me disais: +tu dis n'importe quoi+ et quand je voulais revenir sur mes déclarations, il (le juge) me disait que j'étais une menteuse...", a-t-elle ajouté d'une voix cassée, pleurant toujours. "C'est très difficile parce que des vies ont été détruites... et M. Burgaud m'a pas aidée non plus". 

"Lorsque je disais la vérité, le juge n'était pas content, il tapait du poing sur le bureau et il m'a parlé de Daniel Legrand en me montrant des photos, il m'a dit qu'il avait eu un problème en Belgique...", a expliqué Myriam Badaoui.

Aurélie Grenon a déclaré à son tour à propos de Daniel Legrand: «Je l'ai accusé à tort, il avait rien à voir dans l'histoire.» Pendant l'instruction de l'affaire en 2001 et 2002, elle avait  accusé plusieurs personnes, outre ses voisins Myriam Badaoui et Thierry Delay, et David Delplanque, tous condamnés avec elle, d'avoir participé à des viols d'enfants.Parmi ces personnes mises en cause par la jeune femme figuraient Daniel Legrand, ainsi que son père homonyme.

David Delplanque,  condamné en 2004 à six ans de prison pour les viols des enfants Delay et les agressions sexuelles de ses propres enfants dernier des quatre condamnés d'Outreau, l'a disculpé à son tour mercredi après-midi. «M. Daniel Legrand n'était pas dans l'affaire», a-t-il déclaré  . «Je n'ai plus rien à dire» a-t-il ajouté.

Difficile maintenant pour les organisations accusatrices qui sont à l'origine de ce procès de continuer à délirer sur les réseaux pédophiles d'outreau !
 

http://www.itele.fr/justice/video/proces-doutreau-myriam-badaoui-disculpe-daniel-legrand-125560

https://fr.news.yahoo.com/proc%C3%A8s-outreau-myriam-badaoui-d%C3%A9cr%C3%A9dibilise-fils-230952728.html

Posté par B2IA à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26/05/15

814 - Nouveau sursis accordé à Serge Atlaoui en Indonésie

Atlaoui 3

Nouveau sursis pour Serge Atlaoui. Le dossier de ce Français de 51 ans condamné à mort en Indonésie pour trafic de drogue sera l'objet d'une nouvelle audience le 3 juin.

Un spécialiste indonésien en droit administratif devait déposer ce mardi 26 mai 2015 devant la Cour administrative de Jakarta, la capitale indonésienne. Mais l'audience a été ajournée en raison de l'absence du principal magistrat. «Le juge-président ne peut pas assister à cette audience aujourd'hui parce qu'il participe à une formation. La prochaine audience se tiendra le 3 juin», a déclaré le juge Indaryadi.

Serge Atlaoui conteste le rejet de sa demande de grâce par le président indonésien, Joko Widodo, il y a quelques mois. En avril, la justice administrative s'était déclarée incompétente sur cette question et c'est cette décision que conteste désormais la défense du Français devant la Cour administrative de Jakarta. Son avocate locale, Nancy Yuliana Sanjoto, a soumis ses arguments écrits le 20 mai. Après l'audition de l'expert ce mardi, une dernière audience était prévue jeudi avec probablement une mise en délibéré de la décision qui ne porte que sur la forme, pas sur le fond du dossier. Ces échéances sont désormais repoussées sine die.

En cas d'échec de la procédure en cours, la défense de Serge Atlaoui avait dit auparavant envisager d'autres voies de recours. Incarcéré depuis 10 ans, Serge Atlaoui, soudeur de profession, affirme qu'il n'a fait qu'installer des machines industrielles dans ce qu'il croyait être une usine d'acrylique, et qui abritait en réalité un laboratoire clandestin d'ecstasy.

Page Facebook à suivre : https://www.facebook.com/pages/Sauvez-Serge-Atlaoui-du-Peloton-dEx%C3%A9cution/149813465050354

Posté par B2IA à 06:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

563 - Thierry Delay disculpe Daniel Legrand dans l'affaire d'Outreau

 

Delay1

Thierry Delay a livré sa version des faits dans l’affaire d’Outreau mardi 26 mai 2015 devant la cour d’assises des mineurs d’Ille-et-Vilaine. Un témoignage attendu qui disculpe Daniel Legrand fils, jugé depuis la semaine dernière pour des faits de viols et d’agressions sexuelles qu’il aurait commis sur les enfants Delay alors qu’il était mineur.

« Je ne connais pas Daniel Legrand. Il n’était pas présent lors des viols » a déclaré Thierry Delay par visioconférence depuis la prison où il est incarcéré.

Très souffrant et peu loquace lors de son audition, Thierry Delay, condamné à 20 ans de réclusion criminelle en 2001, a affirmé qu’il « ne connaissait pas Daniel Legrand » avant les faits qu’on lui reproche.

La semaine dernière, les victimes Jonathan et Chérif Delay avaient pourtant maintenu leurs accusations à l’encontre du prévenu, assurant qu’il « était là » lors des viols qu’ils ont subis au domicile familial.

« Non, il n’y avait personne d’autre présent sauf ma femme Myriam Badaoui et le couple de voisins », a assuré Thierry Delay, citant nommément Aurélie Grenon et David Delplanque, également condamnés dans l’affaire d’Outreau. 

Posté par B2IA à 05:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22/05/15

562 - Les incompétences du juge Burgaud mises en lumière !

Burgaud

Vendredi 22 mai 2015, Fabrice Burgaud a dû s'expliquer, et convenir de plusieurs faiblesses dans son travail d’instruction qu’il a mené dans l’affaire d’Outreau.

"Daniel Legrand fils est mis en examen sans période de faits", a d'abord souligné le président Philippe Dary. "Sur le territoire national, ça n'a aucun sens !" s'est-il exclamé. "Comment peut-on se défendre face à des accusations qui ne sont pas marquées dans le temps ?" s'est interrogé le président.

"Il aurait été préférable de préciser des périodes..." a admis Fabrice Burgaud avant d'ajouter : "Je pense que ce n'était pas possible par rapport aux auditions qu'on faisait..."

"Parmi tous ces enfants avec lesquels  Daniel Legrand dit avoir été en présence" en les désignant sur des photos, lors de ses aveux temporaires au cours de l'instruction, a poursuivi Philippe Dary, "aucun  ne désignera Daniel Legrand de quelque manière que ce soit... Ça interpelle ?" a poursuivi le président sans que Fabrice Burgaud trouve quelque chose à répondre.

Puis le président a évoqué le fait que, dans la plupart des cas, les albums photo présentés aux personnes interrogées, victimes ou agresseurs présumés, n'étaient pas panachées avec des personnes étrangères aux faits, comme cela se pratique d'ordinaire dans les enquêtes de police pour déceler les déclarations fantaisistes. Fabrice Burgaud en a rejeté la faute sur les services de police. "Je leur faisais confiance avec le peu d'expérience qui était la mienne... C'est vrai que quand ils (les albums photo) sont arrivés, j'aurai pu demander à ce qu'on les reprenne", a daigné admettre l'ancien juge d'instruction.

Reprenant le chef de mise en examen de Daniel Legrand, accusé de viols et agressions sexuelles nommément sur les quatre fils Delay, le président s'est étonné que ces quatre enfants soient "les seuls à qui on ne montrera pas de photos..." de Daniel Legrand et de son père, pour voir s'ils pouvaient les reconnaître. "Un élément de réponse, c'était aussi d'éviter la multiplication d'auditions sur des enfants très jeunes... Je ne les ai entendus qu'une seule fois..." a fini par répondre Fabrice Burgaud, après un long silence  .

Le président a enfin relevé la mise en cause de "ces Daniel Legrand, qui ne sont ni Dany Legrand, ni belges, ni patrons de sex-shop...", alors que c'était ainsi que Myriam Badaoui, la mère des enfants Delay, avait décrit un des hommes, et non deux en même temps, qu'elle accusait d'avoir participé aux viols de ses enfants.

 

Posté par B2IA à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19/05/15

561 - La colère de Maître Dupont-Moretti à propos du nouveau procès de Daniel Legrand

Dupont Moretti

Maître Dupont Moretti s'est exprimé avant l'ouverture du nouveau procès de Daniel Legrand et veut démontrer la mascarade de cette audience engagée sur les démarches d'une association extrèmiste qui ne prend pas en compte la souffrance d'un homme après le premier fiasco judiciaire d'Outreau.

Le procès sera public.

http://www.itele.fr/justice/video/dupont-moretti-cette-affaire-outreau-na-que-trop-dure-124501

Posté par B2IA à 06:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17/05/15

560 - Ouverture du troisième procès de Daniel Legrand

 

daniellegrandfilsmaxppp

Son procès  qui débutera mardi 19 mai 2015 à Rennes, sera le troisième et durera 3 semaines. À trente-trois ans, Daniel Legrand est un type usé par les séquelles de ses deux ans et demi de détention. Et par tout ce qui a suivi. Mais il lui reste une force, qu’il martèle encore : son innocence.

C'est à la fois simple et compliqué. En 2005, comme les 12 autres acquittés d'Outreau, Daniel Legrand a été innocenté des viols qui lui avaient été reprochés sur une période d'environ 3 ans. Mais à la différence des autres acquittés, Daniel Legrand, qui était mineur sur une partie de cette période, n'a été juridiquement jugé que sur sa période de majorité. Il restait donc à le juger pour l'autre période. Même si, encore une fois, les faits qu'on va lui reprocher la semaine prochaine sont exactement les mêmes que ceux pour lesquels il a déjà été acquitté.

Au départ, c'est Dimitri, un des 4 enfants du couple Delay, qui mettra en cause un certain Dany le grand, sans que l'on sache si "legrand" était son nom ou signifiait juste qu'il était grand.

Peu importe pour le juge Burgaud !

C'est ainsi que Daniel Legrand sera arrêté, ainsi que son père qui porte le même prénom.

Il n'y a aucun élément de preuve contre eux mais Daniel Legrand-fils, pris dans la torture psychologique qu'on impose aux présumés coupables aura un jour la faiblesse de passer des aveux.

Des aveux délirants mais qu'importe !

La machine judiciaire du juge Burgaud est en marche. Douze ans plus tard,  pour ce nouveaux procès, 2 des 4 enfants Delay seront sur le banc des victimes pour accuser Daniel Legrand de viols alors qu'ils ne l'ont jamais mis en cause auparavant. A leur côté, on trouvera une association qui y croit dur pour se faire un peu de publicité sur la tête d'un homme usé et détruit. Verdict le 5 juin. L’un des défenseurs de Daniel Legrand, Hubert Delarue, martèle : « Derrière tout ça, en réalité, quoi qu’ils disent, il y a toute l’équipe des révisionnistes qui, de manière très couarde, passe son temps à dire que les acquittés étaient coupables. »

A relire le témoignage de l'abbé Weil

http://blogdesinnocents.canalblog.com/tag/OUTREAU

A réécouter l'émission Secret d'info de France Inter du vendredi 15 mai 2015:

http://www.franceinter.fr/emission-le-zoom-de-la-redaction-un-nouveau-proces-dans-laffaire-doutreau

A relire le livre de Daniel Legrand

"Histoire commune" Ed Stock

 

 

Posté par B2IA à 05:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13/05/15

813- Sursis provisoire accordé à Serge Atlaoui par la justice indonésienne

Atlaoui2

La justice indonésienne a commencé à examiner ce mercredi 13 mai 2015 le recours administratif du Français de 51 ans condamné à la peine de mort pour «trafic de stupéfiants», ce qui retarde d'autant son exécution, a appris l'AFP auprès de son avocate, confirmant une information de France info, qui avance par ailleurs qu'il a obtenu le droit de faire appel à un expert.

Une nouvelle audience a été fixée au 20 mai 2015. Pour prouver que son procès n'a pas été équitable, Serge Atlaoui a déposé un recours qui a été rejeté devant la justice administrative, qui s'était déclarée incompétente. Et c'est cette décision que conteste la défense du Francais. C'est pour juger de la validité de ce rejet que la Cour administrative de Jakarta a accepté d'entendre un expert légal le 26 mai 2015.

Nancy Yuliana, avocate du condamné, a fait valoir mercredi que la Cour administrative avait la compétence pour examiner le rejet de la grâce présidentielle. «Pour nous, cette affaire peut toujours être tranchée par une cour administrative», a-t-elle dit à la presse. «Nous sommes toujours optimistes, car l'optimisme a jusqu'à présent porté ses fruits».

La cour décidera si le recours déposé peut être examiné. Lors de la prochaine audience, la défense doit soumettre ses arguments écrits à la Cour administrative. Celle-ci entendra le 26 mai des experts judiciaires ou des témoins convoqués par la défense avant une dernière audience le 28 mai.

 

Posté par B2IA à 06:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07/05/15

559 - Le reportage de l'émission Envoyé Spécial sur Daniel Legrand

 

daniellegrand

Dans son émission du 7 mai 2015, le magazine Envoyé Spécial de France 2 a consacré un reportage très intéressant sur Daniel Legrand, l'un des acquittés d'Outreau, à qui le système judiciaire impose à nouveau un procés ridicule pour des prétendus faits sur lesquels il a été acquitté pour les années 1999 et 2000.

Mais lors des deux premiers procés, la justice s'était abstenue de porter un jugement sur les prétendus faits qui auraient été commis par Daniel Legrand pendant les années 1997 - 2000 alors qu'il était mineur.

L'organisation extrémiste Innocence en Danger n'a pas hésité, malgré le fiasco d'Outreau, à se porter partie civile à la limite du délai de prescription pour satisfaire son besoin de reconnaissance sur les restes d'un homme broyé par une affaire odieuse qui a détruit la vie de treize familles.

A voir en cliquant sur le lien suivant :

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/justice-proces/video-outreau-daniel-legrand-une-nouvelle-fois-face-a-la-justice_897743.html

Posté par B2IA à 06:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

04/05/15

559 - Emission "Toute une histoire !"

SOPHIEDAVANT

Le 5 mai 2015, l'émission "Toute une histoire" de France 2 avait pour thème :

"Je me suis battu(e) pour prouver mon (son) innocence"

Trois invités à réentendre pour comprendre le calvaire des innocents injustements accusés.

Michel accusé du crime avec 10 mois de privation de liberté en détention provisoire.

Frédéric victime d'accusation mensongère de viol sur sa fille par son ancienne épouse, ce qui lui a valu 4 années de séparation totale de sa fille.

Nicole qui s'est battue pour sortir son fils des prisons de Saint-Domingue, accusé de trafic de drogue.

Lien : http://www.france2.fr/emissions/toute-une-histoire/diffusions/05-05-2015_325553

Posté par B2IA à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]