index

Après la nomination d'un administrateur ad-hoc par le juge d'instruction pour représenter la fillette, le parquet prend une nouvelle mesure en dessaisissant la gendarmerie de l'enquête au profit de la police. Rappelons que la mère de l'enfant est gendarme et que c'est sa propre brigade qui menait l'enquête jusqu'alors.

Par ailleurs, le procureur de la République a reconnu que le sperme retrouvé sur la culotte de l'enfant provenait de la filiation paternelle.

Dommage que l'institution judiciaire ne montre pas autant de célérité pour arrêter le violeur familial que lorsqu'elle a jeté en pâture et en prison un instituteur qui disposait de toutes les preuves de son innocence.

La dictature de l'émotion est conjuguée aux deux poids deux mesures dans ce dossier. C'est regrettable !

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/affaire-de-viol-a-genlis-c-est-desormais-la-police-qui-est-chargee-de-l-enquete-1521815926